Le Sang de la Vengeance

L’histoire ?

Personne n’est à l’abri d’une folie vindicative.

Région du Golfe du Morbihan. Un homme est découvert assassiné selon un terrible rituel. Lorsqu’ils comprennent que d’autres exécutions vont suivre, le gendarme Anselin Garnéro et son équipier Jean-Jacques Cavalli savent qu’ils n’ont que quelques heures pour identifier et protéger les autres victimes. Mais les enquêteurs n’avaient pas prévu une chose : la vitesse de frappe du tueur. Chaque nuit, un nouveau meurtre, rigoureusement identique au précédent, est commis. Une course contre la mort s’engage alors pour sauver le dernier homme d’une implacable vengeance qui, pour le meurtrier, ne peut se payer que par le sang… Le Sang de la Vengeance.

Malheureusement pour Anselin Garnéro, l’assassin ne sera pas le seul démon qu’il aura à combattre tout au long de son enquête.

Origines :

Le Sang de la Vengeance est le deuxième opus des enquêtes du gendarme Anselin Garnéro. Il s’est fait jour au travers de différentes rencontres avec des hommes et des femmes qui, parfois, dans l’ambiance d’un bureau de gendarmerie, finissent par vous confier ce qu’ils ont sur le cœur, ce qu’ils n’ont parfois jamais dit à personne d’autre. Les quatre murs d’un bureau austère d’une brigade, agrémentés de quelques affiches de recrutement ou de posters invitant à l’évasion, se transforment ainsi en un véritable exutoire. C’est alors l’occasion pour tout enquêteur de se rendre compte que tous, autant que nous sommes, avons nos vécus, nos histoires,… des passages de vie où se mêlent bons et mauvais souvenirs. Mais pour quelques uns, seuls ne subsistent que des moments de douleur, d’angoisse,… de terreur. Des blessures à jamais ouvertes. Parfois, une embellie suffit à chasser les pires noirceurs dans l’esprit de quelques uns. Mais pour d’autres, rien n’y fait. La moindre étincelle, le moindre déséquilibre peut à tout instant les transformer en une machine à tuer, en un monstre inhumain. Le Sang de la Vengeance est l’histoire de l’un d’entre eux…

L’écriture de ce roman :

1.092.273 caractères. C’est le nombre exact de lettres, de ponctuations et d’espaces qui ont constitué la toute première version écrite de cet opus. Selon les normes du monde de l’édition, il est évident que le nombre de caractères était bien trop conséquent pour que ce roman ait, un jour, une chance, d’être édité.  Il a donc fallu faire des coupes, des réaménagements, des corrections, des refontes de liaison entre les parties de l’histoire… Un travail titanesque qui aura pris le double du temps nécessaire à son écriture (environ un an et demi !)  Au final, Le Sang de la Vengeance affiche 842.113 caractères. C’est quasiment le triple de la plupart des livres standards édités à ce jour ! Ce qui revient à dire qu’avec Le Sang de la Vengeance, vous avez un temps de lecture équivalent à trois romans…

Informations complémentaires

Type : Polar
Format 215 X 145
325 pages
Le prologue : cliquez ici.
Un extrait du livre : cliquez ici.
La 4ème de couverture :