La Résurrection de l’Ange

L’histoire ?

Après avoir été enlevées et séquestrées, plusieurs femmes sont retrouvées assassinées, horriblement suppliciées selon un rituel effroyable. Le commandant Fromentin du 36 quai des orfèvres et ses hommes se lancent dans une enquête terrifiante qui les mènera aux confins de l’irrationnel.

Ne demandez surtout pas à ces enquêteurs s’ils pensent que le Diable existe. Les lèvres serrées, ils vous répondront : «oui…»

Que dire de ce thriller ?! Qu’il empêche tous ses lecteurs de dormir ?! Oui, mais encore ?

La couverture :

Eh oui, même la couverture possède son histoire. Elle se résume dans la photographie en haut de page. Elle a été prise à l’été 2006 à Florence (Italie). A cette époque, j’avais déjà écrit le manuscrit et attendais fébrilement le verdict du jury du Prix du Quai des Orfèvres. L’idée d’une quelconque édition était encore bien loin de mon esprit mais je l’espérais ardemment. Je me trouvais donc dans cette magnifique ville aux innombrables merveilles et, pourtant, parmi la quantité impressionnante de sculptures qui ornent la façade du Duomo de Florence, allez savoir pourquoi, mon regard a été attiré par l’un des coins de l’une des portes frontales de l’édifice. C’est à ce moment précis que je l’ai vu !


Le buste de l’ange se trouve dans le coin supérieur gauche de la porte… Il fallait le repérer parmi toutes ces sculptures !

Cet ange ne semblait attendre qu’une seule chose : que mes yeux se posent sur lui. Je me suis immédiatement dit que si un jour j’étais édité, c’est ce visage d’ange aussi reposé qu’inquiétant que je souhaiterais voir en couverture… Regardez sa main! Il ne lui manque plus qu’un couteau pour l’imaginer prêt à vous frapper mortellement. Cet ange est tout simplement maléfique, attirant,… terrifiant. En réalité, ce buste d’ange mesure tout juste 30 centimètres.

Évitez de trop le regarder, il pourrait vous attirer dans ses sombres desseins. Quant à la couverture, admirez-la autant que vous le voulez ! Personnellement, je la trouve vraiment réussie.

La conception de l’histoire :

J’ai vraiment adoré écrire cette histoire. Cinq mois m’ont tout de même été nécessaires pour mettre en mots ce thriller. Il m’a fallu autant de temps, sinon plus, pour le peaufiner. Les corrections ont été nombreuses et fastidieuses mais je ne le regrette pas car je me suis sincèrement amusé à créer tous ces rebondissements en imaginant, goguenard, la tête déconfite d’un éventuel lecteur en comprenant qu’il se trompait de solution.

Ceux qui ont lu ce thriller savent que ce roman fonctionne en deux temps… l’avant et l’après. Je l’ai conçu de cette manière car il aurait été trop facile et conventionnel de se contenter uniquement de la première partie.

La résurrection de l’ange a été écrit dans le seul et unique but de participer au Prix du Quai des Orfèvres. Bien m’en a pris car, même s’il n’a pas été le lauréat 2007, le fait d’avoir été finaliste (pour la deuxième fois consécutive) m’a permis d’être remarqué par mon éditeur et de connaître cette aventure de romancier.

Les personnages :

Ceux qui ont pris le temps d’en savoir un peu plus sur moi pourront s’étonner que ne figurent dans ce roman que des fonctionnaires de la police nationale. Il faut savoir que le Prix du Quai des Orfèvres est un Prix littéraire « POLICE ». Tenter de remporter un Prix Police en rédigeant une enquête Gendarmerie aurait été ridicule. Bien que… car si vous prenez le temps de vous imprégner de l’univers d’Une Amertume Empoisonnée, on peut légitimement se poser la question…

Interview Virgin radio :

Cliquez sur le lien suivant pour écouter l’interview de Bruno L’HER réalisée par Virgin radio: Interview radio

Informations complémentaires

Type : Thriller
Format 215 X 135
347 pages
Le prologue : cliquez ici
Un extrait du livre : cliquez ici
La 4ème de couverture :